Étiquettes énergétiques : classement, intérêt et nouveautés

À quoi servent les étiquettes énergétiques ?

étiquette énergétique

Désormais habituelles dans les rayons des magasins, les étiquettes énergétiques ont fait leur apparition sur les appareils électroménagers et électroniques il y a près de 30 ans. Rendu obligatoire par l’Union européenne, ce système utilise un code couleur et lettré servant à renseigner les acheteurs européens sur la consommation énergétique de leurs différents équipements. Il a récemment été revu et simplifié pour être plus compréhensible. Découvrez dans cet article l’intérêt et les nouveautés de ce classement.
 

Pourquoi une telle classification ?

Ce système de classification offre plusieurs avantages aux consommateurs. Tout d’abord, il sert à les guider dans leurs achats en leur fournissant des informations essentielles sur les performances des articles qui les intéressent. Ils peuvent donc facilement comparer les produits entre eux et investir dans les plus écoresponsables. En outre, les clients peuvent, à long terme, réaliser des économies s’ils se tournent vers des appareils moins énergivores et durables. En effet, quels que soient le type et la taille de votre logement, les électroménagers ont une influence non négligeable sur le montant de vos factures d’énergie, et donc, sur vos dépenses annuelles.
 

Quelles informations pour les consommateurs ?

Sur ces étiquettes, les clients peuvent trouver les informations suivantes concernant les produits :

  • les références de l’appareil : nom du fabricant, marque, référence du modèle
  • la classe énergétique (une lettre associée à une couleur)
  • les performances : consommation d’énergie annuelle, puissance, volume…
  • la puissance acoustique, exprimée en décibels
     

Quels appareils sont concernés ?

Les équipements domestiques qui consomment le plus d’eau et/ou d’électricité comportent ce type d’étiquette. C’est le cas des articles suivants :

  • ampoules électriques et lampes
  • appareils de chauffage
  • réfrigérateurs et congélateurs
  • lave-linges et sèche-linges
  • climatiseurs et ventilateurs
  • écrans et téléviseurs
  • appareils de cuisine
     

Ce qui a récemment changé

Depuis le 1er mars 2021, un nouveau label énergétique a été instauré pour offrir une meilleure lisibilité ainsi que pour encourager la fabrication d’appareils économes. Ainsi, l’ancienne classification qui allait de A+++ à D est maintenant remplacée par une échelle allant de A à G. Le code couleur, lui, reste le même : plus une étiquette tire vers le vert foncé, moins l’appareil consomme. À l’inverse, plus la couleur se rapproche du rouge, plus il est gourmand en énergie.

Les nouvelles étiquettes comportent également un code QR situé en haut à droite, qu’il faut scanner pour obtenir davantage d’informations : fiche-produit, documents techniques, contrôle de conformité... Celui-ci renvoie à la base de données officielle EPREL (European Product Registry for Energy Labelling), obligatoirement complétée par les fabricants européens.

Pour les lave-linges et lave-vaisselles, les étiquettes laissent maintenant apparaître la consommation énergétique en kWh pour 100 cycles du programme économique (au lieu d’une année), la consommation d’eau en litres pour un cycle éco, sa durée en heures et minutes ainsi que le niveau sonore en décibels. Pour les téléviseurs, la consommation en basse et en haute définition (HDR) pour 1000 heures est indiquée en kWh, ce qui correspond à une utilisation moyenne de 3 heures par jour.

Notez que la nouvelle législation ne s’applique pour le moment qu’aux lave-vaisselles, lave-linges, réfrigérateurs, congélateurs, caves à vins, ampoules, téléviseurs et écrans. Elle concerne aussi bien les produits vendus en boutique que sur les sites web des détaillants. Le reste des appareils passera au nouveau label au cours des prochaines années : c’est le cas par exemple des sèche-linges, radiateurs, climatiseurs, ventilateurs, fours, hottes, aspirateurs…
 

La réglementation Ecodesign

Afin de promouvoir les appareils dont la conception respecte l’environnement et d’offrir toujours plus de transparence aux consommateurs, la norme européenne Ecodesign a été votée en Europe en 2015. Elle permet avant tout de renseigner la puissance thermique et le rendement des dispositifs servant à se chauffer, à avoir de l’eau chaude et à climatiser. Elle s’applique donc aux chauffe-eaux, aux ballons d’eau chaude, aux chaudières, aux poêles, aux inserts, aux cheminées, aux pompes à chaleur et aux climatiseurs. Depuis lors, les critères ne cessent d’évoluer vers des exigences énergétiques toujours plus strictes.

Ainsi, un nouveau règlement est entré en vigueur à partir de 2017 pour imposer une étiquette de performance énergétique unique pour chaque modèle de chaudière à bois. Petit à petit, la norme s’est appliquée aux autres appareils susmentionnés. Depuis le 1er janvier 2022, ces étiquettes sont complétées par des données supplémentaires pour encourager l’écoconception des produits. L’objectif est de réduire l’impact environnemental des électroménagers, en tenant compte de l’ensemble de leur cycle de vie : de la conception au recyclage. En plus des informations sur le produit, de son rendement (en %) et de son efficacité énergétique (entre A++ et G), les étiquettes doivent maintenant renseigner les quantités de polluants émis (monoxyde de carbone, oxyde d’azote, composés organiques gazeux et particules fines).

Les nouveaux dispositifs allient donc efficacité énergétique et utilisation raisonnée des ressources. Ils doivent remplir certains critères et atteindre certains niveaux de performance, autant d’informations que les fabricants sont tenus de communiquer pour pouvoir les commercialiser en Europe : consommation d’énergie maximale, disponibilité minimale des pièces de rechange, ou encore capacité de recyclage et de réparation. En outre, les appareils au rendement énergétique trop faible sont interdits sur le marché européen, comme ce fut le cas des lampes à incandescence en 2009, jugées trop énergivores.
 

Comment choisir ses électroménagers ?

En tant que consommateur, vous cherchez sûrement à investir dans des équipements performants et durables. Pour ce faire, il est important de prendre en compte les besoins du ménage (selon le nombre d’habitants) afin de se tourner vers les appareils électroménagers les plus adaptés. Ensuite, comparez les étiquettes énergétiques des articles ayant la même capacité et privilégiez les plus économes. Enfin, vous pouvez toujours vous référer à un électricien qualifié, qui sera en mesure de vous recommander des marques fiables et des modèles aussi écologiques qu’économiques.